“Les macronistes, ces personnes étranges qui veulent des contreparties aux aides sociales, mais qui distribuent sans condition des subventions aux grosses multinationales !" Ian BROSSAT

L'Humeur
  • ÇA VAUT PAS
  • 8 février 2019
  • Macron renoue avec la tradition du bon roi qui ne savait pas et s’enquiert des misères de son peuple. Dans une mise en scène sobre, qui met le héros en valeur, le spectacle est bien huilé et bénéficie d’une large diffusion. Au coeur de l’action et au (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 8 février 2019
  • « Choose France », choisissez la France. C’était le slogan du raout, récemment organisé à Versailles par Macron. Les grands patrons, comme autrefois les (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > Février 2019 > La dépêche N° 1533 > CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE

versailles pour les licencieurs

vendredi 8 février 2019 , 43 : visites

« Choose France », choisissez la France. C’était le slogan du raout, récemment organisé à Versailles par Macron. Les grands patrons, comme autrefois les bandits de grands chemins, font leurs sales coups en bandes. Une meute de 150 a donc fondu sur la gamelle versaillaise avant de se carapater à la sauterie de Davos. En jets privés pour aller plus vite. Et tant pis pour le réchauffement climatique. Le déluge, ils nous le préparent pour après eux.

Macron avait sorti la faïence d’apparat et les vins gouleyants pour faire passer, entre la poire et le fromage, « l’attractivité » française. Quelques-uns ont fait de ces vagues promesses qui n’engagent que ceux qui y auront cru. Et puis il y avait les ruffians venus ripailler aux frais du «  populaire  ».

Pour donner le « la  » des chansonnettes d’après repas gras, le Pdg de General Electric a annoncé une « restructuration ». 470 suppressions d’emplois, dont 229 chez Alstom (146 à Belfort). Il a d’ailleurs dû se féliciter de notre «  l’attractivité », car il va profiter de la réforme du Code du travail, dont la « simplification » était censée faciliter les embauches. Comme le CICE et le ‘million d’emplois’ de Gattaz, souvenez-vous ; un million d’emplois en moins : voilà ce que signifiait son pin’s. Il y avait aussi le patron de Konecranes, leader mondial du levage dans l’industrie. Il a mis son usine de Vernouillet (Eure-et-Loire) en compétition avec d’autres sites du groupe. Les allemands se sont montrés plus attractifs. 120 emplois supprimés et un avis de forts coups de vent pour les sous-traitants.

Avec Macron, c’est toujours Versailles pour les licencieurs.

LE CAPITAINE TRICASSE

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|