Recommander aux pauvres d’être économes, c’est chose à la fois grotesque et insultante. Cela revient à conseiller à un homme qui meurt de faim de manger moins.” Oscar Wilde

L'Humeur
  • DE GUY CURE
  • 28 juin 2019
  • Si on veut une preuve récente de l’efficacité du privé, il n’est que de voir la mort programmée de Belfort. Le gouvernement veut brader Aéroports de Paris. C’est une région étiquetée « de gauche » qui brade même le patrimoine culturel : l’abbaye de Pontigny (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 28 juin 2019
  • Plus forts que Victor Hugo. Sa pièce Cromwell (1827), fresque historique romantique, injouable sur scène pour sa longueur (près de 7 000 vers), n’a (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > JUIN 2019 > La dépêche N°1553 > Contrat local de santé

Contrat local de santé

“partout, Romilly est dans le rouge !”

vendredi 28 juin 2019 , 128 : visites , par Rémi

L’état des lieux en matière de santé est “terrible”. Les élu.e.s communistes et partenaires estiment que cette situation n’a rien de “naturel”. C’est la déclinaison locale d’une “fracture de classe” béante qui résulte des politiques nationales et locales mises en oeuvre

« Regardez les statistiques et les cartes, elles sont terrifiantes ! » s’est exclamé Fethi Cheikh, qui avait épluché le volumineux Contrat local de santé rédigé par l’Agence régionale de santé (ARS) et qui était à l’ordre du jour du dernier Conseil municipal. Côté santé, a martelé le conseiller municipal communiste, « partout Romilly est dans le rouge[...] partout Romilly est sur le podium  », citant le document : «  Une espérance de vie moindre alliée à une surmortalité générale  », mais aussi un accroissement des maladies chroniques, et une surmortalité prématurée par cancers, pathologies liées à l’alcool, le suicide, etc. Des inégalités « naturelles  » liées à des facteurs géographiques ? Sûrement pas ! Et l’élu communiste a précisé son analyse : « ces fractures n’ont rien de naturel, rien de géographique, ce sont des fractures de classe : c’est le résultat des politiques menées ces dernières années, en matière d’aménagement du territoire (en fait, de “déménagement” du territoire), d’abandon de toute politique industrielle, de métropolisation accentuée par la réforme territoriale, de casse des services publics et notamment des services de santé, c’est le résultat de la Loi Bachelot, c’est le résultat de la Loi Touraine !  » Il a aussi donné son sentiment sur la conception même du rapport : « Il est rédigé par l’Agence régionale de Santé qui n’est autre que le bras armé du ministère de la Santé pour mettre en oeuvre ses orientations dans la Région. Donc il y a un cadre imposé : c’est le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale qui prévoit des réductions supplémentaires des dépenses de santé  ». Le PCF demande un “plan exceptionnel de rattrapage” Pour le groupe communiste et partenaires, au nom duquel il s’est exprimé, le document ne répond pas à l’urgence sanitaire locale. Et bien pire, rédaction absconce et terminologie piégeuse ont présidé, a-t-il dénoncé, à son élaboration : « quand on lit [...] “nouveaux modes d’exercice et de prise en charge, parcours de soins coordonnés [...] solutions de e-santé ayant un impact sur l’organisation et les comportements”… ça veut dire quoi ? Ça veut dire fermetures de services ? »

Quant aux « bons comportements de santé », prônés dans le document comme un “axe stratégique”, il n’en fallait pas moins pour faire bondir le représentant de l’opposition de gauche qui a rappelé avoir interpellé en mars dernier, dans l’enceinte communale, le maire et le conseiller municipal délégué à la santé et Président du Conseil de surveillance de l’hôpital de Romilly, Serge Wasmer, sur la facturation des interventions du SMUR : « il faut que notre Conseil municipal se positionne clairement pour mettre un terme à la dérive de la facturation du SMUR et pour mettre un terme à la facturation par la clinique privée du Pays de Seine de forfaits administratifs illégaux. Aussi, compte-tenu de la gravité de cette affaire, notre groupe va saisir le défenseur des droits ». À l’inverse de ce qui a été produit par l’ARS, le groupe communiste demande «  un plan exceptionnel de rattrapage [...], ne serait-ce que pour combler la fracture sanitaire [...] par rapport au reste du territoire français ». Ce qui serait, déjà à Romilly, un “bon comportement de santé” !

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|