“Il faut rebâtir une société humaine où la compétition sera éliminée. Je n’ai pas à être plus fort que l’autre, je dois être plus fort que moi grâce à l’autre.” Albert Jacquard

L'Humeur
  • DE MALICETTE
  • 13 septembre 2019
  • On arrose des pesticides un peu partout, même là où il ne faut pas, sous le nez des écoliers et dans les poumons des villageois, par exemple. Mais c’est pour la bonne cause, pour que la production végétale soit copieuse et superbe. Les fabricants de (...)

  • Lire la suite
Ecoutez-voir
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 13 septembre 2019
  • Vigilance rouge. Été brûlant ; l’extraordinaire devenu l’ordinaire. Pour sûr, le saccage et l’épuisement de la nature s’invitent aux tables des conseils (...)

  • Lire la suite

Santé

le goutte-à-goutte d’Agnès Buzyn

vendredi 13 septembre 2019 , 83 : visites

Les annonces de la ministre des Solidarités et de la Santé ne répondent pas à la crise profonde de nos services d’urgence.

Au regard des coupes budgétaires imposées aux hôpitaux par le gouvernement Macron ces deux derrières années (1,5 milliard en moins en 2018 et 910 millions en moins en 2019), les 754 millions, sur trois ans, annoncés sont loin de faire le compte ! Les services d’urgence sont saturés : 100 000 lits ont été supprimés en vingt ans alors qu’on comptabilise 21,4 millions de passages aux urgences aujourd’hui (pour environ 10 millions en 1996). Les deux tiers des maternités ont été fermées. De même, dans les EHPAD, il manque 200 000 emplois. Le monde de la santé publique va mal, dans son sens le plus général, et chaque jour, la vie des personnels et des patients est mise en danger.

Il est urgent d’apporter des réponses à la hauteur, à partir de la réalité des établissements de santé, bassin de vie par bassin de vie. Et surtout, de commencer par stopper les fermetures de lits, de services, de maternités. C’est dans cet état d’esprit, qu’après un “Tour de France des hôpitaux”, les parlementaires communistes ont déposé une proposition de loi pour instaurer un moratoire contre les fermetures d’établissements, de services, de lits et contre l’arrêt des regroupements hospitaliers.

Notre système de santé est malade des politiques d’austérité. L’humain est sacrifié sous l’effet de coupes budgétaires et d’un mode de financement inadapté. Le collectif Inter urgences et les syndicats demandent une revalorisation des salaires de 300 euros net par mois, la réouverture de lits et l’embauche de 10 000 postes pour les services d’urgences. Nous sommes bien loin du compte. Les communistes restent mobilisés et soutiennent le mouvement de grève des urgentistes.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|