“L’intelligence défend la paix. L’intelligence a horreur de la guerre.” Paul Vaillant-Couturier

L'Humeur
  • CE QUI NOUS CHATOUILLE & NOUS GRATTOUILLE
  • 27 septembre 2019
  • Un dessinateur, Marc Large, a illustré les Journées du Patrimoine. Pas celles du week-end dernier, non. Celles que nos enfants ou petits-enfants vivront dans l’avenir vers lequel nous galopons à bride abattue : « véritable morceau de glace du pôle (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2019 > SEPTEMBRE 2019 > N° 1566 > Histoire - Union Européenne

Histoire - Union Européenne

révisionnisme à tous crins

vendredi 27 septembre 2019 , 242 : visites

Le Parlement européen fait de la réécriture de l’histoire son cheval de bataille. Une résolution, assimilant nazisme et communisme, a été adoptée le 19 septembre.

Il y a deux façons de tuer toute perspective d’émancipation. La première en assommant les peuples de mesures austéritaires qui annihilent tout espoir de changement. La seconde en maniant le révisionnisme historique. En la matière, le Parlement européen n’a de leçons à recevoir d’aucune extrême droite, fût-elle japonaise ou brésilienne. Une majorité d’eurodéputés s’est ainsi prononcée en faveur d’une résolution « sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe  », selon laquelle l’origine de la Seconde Guerre mondiale serait à rechercher dans le pacte germano-soviétique. L’UE formalise ainsi dans ses textes le refrain : nazisme et communisme seraient issus du même tonneau. Focalisant cette mise sur un pied d’égalité sur le pacte Ribbentrop-Molotov, cachant son contexte historique, la résolution omet toutes les politiques de tolérance, de complicité et d’alignement des grandes puissances capitalistes sur la montée du fascisme dans plusieurs pays européens.

Aucune référence au “pacte de concorde et de coopération” du 15 juillet 1933 signé entre le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et l’Italie, qui ouvrait le chemin du réarmement de l’Allemagne. Aucun commentaire sur le sabotage, historiquement démontré, des gouvernements français et anglais des efforts de négociation en vue d’un pacte d’assistance mutuelle avec l’URSS ; ces gouvernements jouant la carte d’un conflit germano-soviétique. Pire, ce texte encourage à gommer le souvenir dans les ex-pays, dits de l’Est, comme c’est le cas, entre autre, en Pologne. Dans cette curée nauséabonde et très inquiétante, le député européen Massimiliano Smeriglio, élu sur la liste du Parti démocrate, s’est désolidarisé de ses collègues qui l’ont voté comme un seul homme. L’élu italien, issu de la culture libertaire et peu soupçonnable de sympathies pro-soviétiques, estimant, lui, que les causes de la Seconde Guerre mondiale sont dans les « conditions de la paix punitive de Versailles » et « la complicité silencieuse avec laquelle l’état libéral a permis le développement du fascisme et du national-socialisme contre le mouvement ouvrier ».

— Le texte adopté est sur le site : https://www.europarl.europa.eu/portal/fr

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|