“Quand on est convaincu que quelqu’un se trompe, que cette personne refuse de discuter [...] on ne peut pas être tolérant. Liberté de pensée ne signifie pas liberté d’errer et de divaguer.” Antonio Gramsci

L'Humeur
  • TOUS DES CHEMINOTS
  • 3 janvier 2020,
    par Malicette
  • L’an 2020 est une année charnière qui donnera à ceux qui luttent deux fois la note 20. Les cheminots, les soignants luttent pour tous. Quel que soit le résultat, ils auront tiré la sonnette d’alarme pour nous dire, attention, danger. Car, depuis 1945, (...)

  • Lire la suite
Accueil > l’hebdo > 2020 > Janvier 2020 > N° 1580 > TOUS DES CHEMINOTS

TOUS DES CHEMINOTS

vendredi 3 janvier 2020 , 25 : visites , par Malicette

L’an 2020 est une année charnière qui donnera à ceux qui luttent deux fois la note 20. Les cheminots, les soignants luttent pour tous. Quel que soit le résultat, ils auront tiré la sonnette d’alarme pour nous dire, attention, danger.

Car, depuis 1945, le régime de retraite a été pensé comme le salaire continué d’une vie contenant formation, travail, repos et couverture sociale. C’est pourquoi le patronat et ses fidèles politiciens de droite ont attaqué ce système Croizat-Laroque depuis bien longtemps. Malgré toutes ces agressions depuis 1966, les salariés par leurs luttes, ont gardé cet acquis. Un conquis glorieux. Mais cette fois, c’est pire, Macron veut casser le système qui avait fait ses preuves et qu’il suffisait de retoucher ici ou là.

Et puis, c’est l’attaque de trop, la plus violente, après la casse du code du travail et de l’assurance chômage. 30 millions de salariés sont sous le couperet.

Pendant les quelques jours de fêtes, certains ont fait la planche, repos bien gagné. Mais les grévistes ont grevé leur budget avec les traites et les dettes à payer. C’est la dimension humaine du combat de ces hommes et femmes qu’on traite de corporatistes, de privilégiés et de preneur d’otages. Pas de cadeaux dans les sabots, pas de dinde aux marrons au Premier de l’An.

Et celui qui cède quelquefois et n’en peut plus, a le sentiment de trahir. La grève, c’est de l’héroïsme quotidien. C’est un sentiment fraternel de solidarité. Se jeter du haut d’un pont pour sauver un type qui se noie, c’est de la bravoure. Il s’agit dans la grève d’un engagement humanitaire qui concerne des générations d’êtres humains. On est tous des cheminots.

Société Nouvelle de la Dépêche de l’Aube, 22 ter rue Anatole France- 10000 TROYES. Tél 03 25 73 32 82. Fax 03 25 73 84 13 6 SARL au capital de 300 euros. Durée 99 ans. Gérant-Directeur : jean Lefevre. Associés à part égales : Jean Lefevre, Anna Zajac, Hugues Petitjean, Françoise Cuisin, Geneviève Delabruyère. Inscription Commission Paritaire N°0211 C 87550. Abonnements : 1 ans = 30 euros Régis, publicité, petites annonces : La Dépêche de l’Aube - Imprimerie JMI 87, av Gallieni 10300 STE-SAVINE.

|